Call us toll free: +1 800 789 50 12
Top notch Multipurpose WordPress Theme!

Les premiers soins : pas seulement pour les humains!

Les animaux peuvent aussi avoir besoin de premiers soins, selon la Clinique Maguire.

Les propriétaires qui connaissent les rudiments des premiers soins à donner aux animaux de compagnie en situation d’urgence sont mieux en mesure de donner une chance de survie à leur compagnon. En acquérant certaines connaissances élémentaires en matière de premiers soins pour animaux, vous pourriez sauver la vie de votre compagnon, atténuer ses douleurs et éviter d’aggraver le problème lorsque vous le transportez pour l’emmener chez le vétérinaire ou à l’hôpital.

 

Premiers soins pour animaux : quelques trucs à retenir

Préparez-vous, protégez-vous contre les blessures et gardez votre calme

Devant un animal de compagnie blessé ou gravement malade, prenez le temps de bien évaluer la situation. Déterminez s’il y a un risque d’aggraver le problème de l’animal et aussi s’il y a un risque pour vous ou toute personne qui se chargera des premiers soins. Tâchez d’éliminer toute possibilité de blessure pouvant être causée par l’environnement immédiat ou par l’animal lui-même. Décidez si l’animal doit être déplacé immédiatement. La façon d’approcher un animal blessé est très importante, car les animaux réagissent souvent à la douleur et à la peur de façon instinctive et même agressive. Ne tenez pas pour acquis qu’un animal habituellement docile ne mordra pas. Efforcez-vous de rester calme et de parler d’une voix réconfortante. Vous pouvez couvrir la tête de l’animal d’une serviette pour le rassurer pendant son transport. Au besoin, ou pour prévenir les morsures, vous pouvez fabriquer une muselière à l’aide d’une bande de tissu souple, d’une corde, d’une cravate ou d’un bas culotte que vous passez autour du museau de l’animal et que vous attachez derrière ses oreilles. Assurez-vous tout de même que l’animal puisse haleter. Soyez prêt à réagir aux situations d’urgence : notez le numéro de téléphone des services de soins vétérinaires d’urgence de votre région et assurez-vous de savoir où ils sont situés.

Ayez une trousse de premiers soins vétérinaires à portée de la main.

Vous pouvez en acheter une ou la préparer vous-même.
Pour consulter la liste de ce qu’elle doit contenir, visitez la page Comment se préparer aux catastrophes.

Vaut mieux prévenir que guérir

Les propriétaires responsables savent éviter les souffrances à leurs animaux de compagnie en les gardant constamment près d’eux lors des sorties à l’extérieur, en tenant hors de leur portée tout produit dangereux à l’intérieur de la maison, en maintenant à jour leur dossier médical et leurs vaccinations et en s’assurant qu’ils portent une pièce d’identité explicite. Le fait que votre compagnon soit heureux et en bonne santé est aussi un avantage lorsque survient une situation d’urgence. Assurez-lui donc une alimentation nutritive, beaucoup d’exercice et, bien entendu, de bonnes doses d’amour.

Premiers soins de base

Les situations énumérées ci-dessous requièrent toutes des soins vétérinaires immédiats.

Plaies

•    Le cas échéant, mettez une muselière à l’animal.
•    Si vous le pouvez, lavez-vous les mains soigneusement.
•    À l’aide de ciseaux à bout arrondi, coupez délicatement les poils aux abords de la plaie.
•    Nettoyez délicatement la plaie avec un filet d’eau froide.
•    Appliquez une pommade ou une solution antibactérienne.
•    Pansez les grandes plaies pour les garder propres. Exercez une pression ferme sur les plaies qui saignent abondamment.
•    Consultez votre vétérinaire au cas où la plaie s’infecterait et exigerait un traitement antibiotique.

 

Hémorragie (externe)


•    Avec un épais tampon de gaze, exercez une pression ferme directement sur la zone jusqu’à l’arrêt du saignement.

 

Hémorragie (interne)


•    Les symptômes sont, entre autres, un écoulement de sang par le nez, la bouche ou le rectum, l’expectoration de sang, la présence de sang dans l’urine, des gencives pâles, un collapsus et un pouls rapide ou faible.
•    Gardez l’animal au chaud et aussi tranquille que possible.

 

État de choc


•    Les symptômes sont, entre autres, un pouls faible, une respiration superficielle, de la nervosité et un air hagard.
•    L’état de choc se produit souvent lors de traumatismes graves ou d’une grande frayeur.
•    Immobilisez l’animal et gardez-le au chaud et tranquille.
•    S’il est inconscient, maintenez sa tête au niveau du reste de son corps.

 

Brûlures (chimiques)


•    Mettez une muselière à l’animal.
•    Rincez abondamment la brûlure à l’eau froide, dès que possible

 

Brûlures (graves)


•    Mettez une muselière à l’animal.
•    Appliquez des compresses d’eau glacée sur la brûlure.
•    Amenez l’animal chez un vétérinaire.

 

Étouffement


•    Les signes de l’étouffement sont, entre autres, des haut le cœur, une salivation abondante et de la difficulté à respirer; l’animal se donne parfois des coups de patte sur la gueule.
•    Ouvrez-lui la gueule, tirez sur sa langue et examinez l’intérieur de sa bouche et de sa gorge.
•    Si l’animal est docile et consentant et que vous pouvez voir l’objet, retirez ce dernier à l’aide de pinces.
•    Pour les petits chiens et les chats : si l’objet reste coincé, tenez l’animal la tête en bas et donnez-lui 3 ou 4 tapes fermes sur la poitrine.
•    Pour les gros chiens : placez-vous debout, au-dessus du chien, et placez vos bras de chaque côté de son corps, juste derrière ses dernières côtes. D’une main, former un poing, puis exercez une pression brusque, vers le haut et vers l’avant. Répétez l’opération.
•    Donnez-lui la respiration artificielle bouche à nez.

 

Respiration artificielle bouche à nez


•    Dégagez la gueule de l’animal de tout objet ou sécrétion.
•    Maintenez son museau bien fermé avec vos mains.
•    Soufflez dans le nez de l’animal à un rythme de 12 à 15 fois par minute.
•    Alternez avec des manœuvres de réanimation cardiorespiratoire (RCR).

 

Réanimation cardiorespiratoire (RCR)


•    Couchez l’animal sur le côté sur une surface plane.
•    Tenez son museau d’une main et commencez la respiration bouche à nez.
•    Placez le talon de l’autre main sur sa paroi thoracique, derrière son épaule, pour exercer un massage cardiaque.
•    Comprimez la paroi thoracique de façon rythmée, 60 à 80 fois par minute.
•    Pour les petits chiens et les chats, placez votre pouce sur le thorax et vos autres doigts en dessous de la paroi thoracique. Exercez les compressions sur les deux zones à la fois.

 

Fracture


•    Les symptômes sont, entre autres, la douleur, un membre qui forme un angle inhabituel et l’incapacité d’utiliser un membre.
•    Mettez une muselière à l’animal et vérifiez s’il saigne. Si oui, et si vous pouvez le faire sans aggraver les blessures, tâchez de faire cesser le saignement.
•    Ne tentez PAS de réparer la fracture en tirant sur le membre.
•    Transportez immédiatement l’animal chez le vétérinaire, en soutenant le mieux possible la zone de la fracture.

 

Empoisonnement


•    Les symptômes sont, entre autres, les convulsions, la diarrhée, la salivation, la faiblesse et la douleur causée par la dépression.
•    Notez ce que l’animal a ingéré et en quelle quantité.
•    Téléphonez à votre vétérinaire ou à un centre antipoison.
•    N’essayez pas de provoquer le vomissement.
•    Si le produit toxique se trouve sur la peau ou sur le pelage, informez-vous si et comment vous devez le nettoyer.

 

Coup de chaleur


•    Les symptômes sont, entre autres, une respiration rapide ou laborieuse, des vomissements, une température corporelle élevée et un collapsus.
•    Placez l’animal dans une baignoire remplie d’eau fraîche ou enveloppez-le délicatement dans une serviette humide et fraîche.
•    Évitez de trop refroidir l’animal. Cessez toute mesure de refroidissement lorsque la température rectale atteint 103 °F (39,4 °C).
•    Téléphonez à votre vétérinaire.

Les situations suivantes ne requièrent pas nécessairement des soins vétérinaires immédiats, mais il vaut tout de même mieux consulter un spécialiste.
Vomissement


•    Cessez d’alimenter l’animal pendant 12 à 14 heures.
•    Redonnez-lui ensuite à manger et à boire en augmentant progressivement les quantités sur une période de 24 heures.
•    Téléphonez à votre vétérinaire.

 

Diarrhée


•    Cessez d’alimenter l’animal pendant 12 à 14 heures, mais continuez de lui donner à boire.
•    Les traitements à domicile peuvent parfois aggraver la situation. Consultez plutôt votre vétérinaire.

Pour plus de renseignements, cliquez sur le lien suivant : www.infovet.com